Accueil  \  Décodage  \  1/4 : Pourquoi automatiser la collecte de vos données énergies ?

1/4 : Pourquoi automatiser la collecte de vos données énergies ?

Décodage

Ce thème a également fait l’objet d’un webinar : vous pouvez accéder à la rediffusion en cliquant ici. 

Une digitalisation croissante du secteur de l’énergie et l’ouverture de ses marchés

Pour bien saisir les raisons et les enjeux de la collecte automatisée des données énergies, il faut replacer cette question dans un contexte plus large, c’est-à-dire celui des récentes évolutions du marché de l’énergie et de la transition à la fois énergétique et numérique.

Pour faire simple, disons que la mise à disposition gratuite de données énergies « brutes » est concomitante voire intrinsèque à l’ouverture du marché de l’énergie, à la mutation des rôles des gestionnaires des réseaux et des fournisseurs ainsi qu’à leur transformation digitale. Une multitude de données (« energy big data ») peuvent donc aujourd’hui être confiées à de nombreux acteurs offrant des services énergétiques : start-ups, collectivités, fournisseurs d’électricité, associations, entreprises du numérique, bureaux d’étude ou équipementiers.

 

Quelles données collecter en priorité ?

Celles qui sont gratuites pour commencer !

Cependant, ces données sont souvent des données brutes ou peu faciles à agréger ou à exporter. Elles sont mises à disposition en masse, donc difficilement exploitables sans outil ou accompagnement.

Par exemple :

  • Les données de facturation sont mises à disposition gratuitement par les fournisseurs. Elles indiquent la consommation ainsi que toutes les composantes de la facture, les taxes énergies, l’acheminement, la TVA…
  • Les données de consommations fines sont télé-relevées par les gestionnaires de réseaux, notamment les courbes de charges au pas de 10 ou 30 minutes. Elles représentent déjà à elles seules, plus de 50 000 données minimums par an et par compteur ou PDL, à quoi on peut ajouter l’historique de 2 ans pour l’électricité et 5 ans pour le gaz.

C’est une explosion de données à laquelle votre organisation est confrontée, avec des factures nombreuses et hétérogènes (fournisseurs multiples, factures, avoirs, nomenclatures évolutives des articles contenus dans les factures, factures multi-sites ou mono-site, dates d’échéances différentes pour chaque site, etc.). Cela dépasse largement ce que peut traiter l’humain ou toute organisation privée ou publique, d’où l’intérêt de se doter d’un outil automatisé.

Ce sont pourtant elles qui, sur le moyen-terme voire court-terme, vont être un élément différenciant, témoin de la bonne gestion de votre organisation et l’un des indicateurs de croissance pour tout type de secteur d’activités.

Ces données ne sont évidemment pas apparues sans raison et elles ne sont pas non plus censées s’adresser qu’aux spécialistes (energy manager ou acheteurs en énergie) puisque même le consommateur particulier y a aujourd’hui accès.

Le fait qu’elles soient massivement mises à disposition devrait contribuer à améliorer notre connaissance de la gestion de l’énergie et progressivement nous aider à mieux maîtriser nos consommations d’énergie. C’est donc une double démarche : budget et RSE car cela vise à réduire notre impact sur l’environnement et sur les budgets alloués à l’énergie.

 

Maîtriser ces flux de données

Afin de maîtriser ces flux de données disponibles, des outils automatisés sont indispensables pour récupérer ces flux d’informations et vous livrer des analyses. Ces outils vous aident à comprendre de manière simple et didactique (mais pas simplifié) des données compliquées. A l’état brut, non-hiérarchisées ou disons livrées sans explication, sans support visuellement compréhensible, elles reflètent assez bien la complexité du marché et du secteur même de l’énergie.

Par exemple, les fichiers plats ou CSV que vous trouvez pour chacun de vos PDL sur le SGE Enedis sont assez peu exploitables, hormis peut-être les données techniques et contractuelles que vous pouvez bien entendu comparer manuellement avec celles de votre facture, mais le suivi d’exécution d’un contrat pour plusieurs PDL devient laborieux dès lors que la volumétrie de compteurs est importante.

Les index avec dates de début et dates de fin, les puissances souscrites et les puissances atteintes ont besoin d’être collectées en continu et de manière automatique pour ensuite être rendues plus visuelles et être enfin exploitées efficacement et rapidement.

 

Afin d’affiner le suivi de vos consommations en fonction de vos ressources internes et vos compétences, vous pouvez compléter ces données mises à disposition par les fournisseurs et les gestionnaires de réseaux, par exemple :

  • Par du sous-comptage ou des capteurs IoT (import possible pour compléter les flux existants mais seulement si vous avez les ressources suffisantes pour ensuite mener des actions et lire les résultats de toutes ces analyses – sinon contentez-vous de gérer de manière optimale les données existantes, cela vous garantit déjà de réaliser des économies)
  • Par des données fixes et variables comme des données patrimoniales et indicateurs de performance (kWh/m2, DJU, CO2, nombre de produits, heures de fonctionnement, etc.). La collecte automatisée des données énergies existantes peut alors s’associer à la mesure de votre rendement, ou des coûts directs ou indirects de votre production/activité.
  • Par des API vers d’autres solutions qui vont remonter de manière automatique d’autres flux et données par exemple. La complémentarité des solutions innovantes s’adapte aisément à la spécificité de vos besoins tout en garantissant le meilleur type de prestation (pas de sous-traitance et chaque prestataire reste maître dans son cœur de métier)

 

Après cette collecte, le chemin n’est pourtant pas terminé ! Encore faut-il être capable de comprendre ces données et de mener des actions en fonction.

Lire l’article : Quelles actions mener avec vos données énergies ?

Ecrit par Caroline Soyez-Petithomme, Business Developer B2B.

 

je m’abonne à la newsletter enoptea

Partager cet article

Dans la même catégorie

10.10.19 Décodage

Contexte du marché de l’énergie en 2018

Après un recul pendant le premier trimestre, l’année 2018 s’est caractérisée, dans la continuité de l’année 2017, par une progression forte et régulière des cours des matières premières. Un renverseme...