Accueil  \  Énergie  \  Comment optimiser sa facture d’électricité ?

Comment optimiser sa facture d’électricité ?

Énergie

L’énergie représente généralement une part importante des budgets des entreprises. Certains points peuvent néanmoins être optimisés afin de réduire sa facture d’électricité.

1. L’optimisation du contrat en cours :

Le TURPE couvre les coûts liés à la gestion du réseau et à l’investissement. Son prix dépend de la puissance souscrite et l’énergie soutirée, ainsi que l’horo-saisonnalité : les prix diffèrent selon les jours, heures, saisons et taux d’utilisation de la puissance souscrite. L’adaptation des puissances et l’option tarifaire les plus pertinentes sont donc des points cruciaux dans l’optimisation de votre contrat.

 

Puissances souscrites :

Si la puissance est trop basse, le compteur risque de disjoncter pour les compteurs C5 (bleus) et vous risquez d’avoir des dépassements pour les compteurs C4 (jaunes) et C1 à C3 (verts) et si elle est trop élevée, cela signifie que votre abonnement vous coûte trop cher pour l’usage que vous en avez !

 

Version d’utilisation :

Ensuite, il faut vérifier la bonne adéquation entre puissances atteintes et le temps d’utilisation de votre puissance souscrite : on appelle cela, la version d’utilisation du TURPE.

Plusieurs options tarifaires sont proposées selon votre puissance souscrite.

Compteurs bleus ou C5 : courte (option base) ou moyenne utilisation (option Heures Pleines/Heures Creuses). Si vous êtes équipés du compteur Linky, vous avez aussi la possibilité de souscrire à une option différenciant l’été de l’hiver, en plus des heures pleines et creuses.

Compteurs jaunes ou C4 : courte ou longue utilisation.

Compteurs verts ou C3 / C2 : Pointe fixe Courte utilisation, Pointe fixe Longue utilisation, Pointe mobile Courte utilisation ou Pointe mobile Longue utilisation.

 

2. Les optimisations fiscales :

Calcul de la CTA :

La CTA (Contribution Tarifaire d’Acheminement) est calculée sur la part fixe hors taxe du tarif d’acheminement (TURPE). Cette taxe ne dépend donc pas de la quantité d’énergie consommée, mais de la puissance souscrite et de l’option tarifaire du consommateur. Optimiser la puissance souscrite impacte donc directement la CTA.

 

Vérification de la CSPE :

La CSPE est une taxe relevée sur l’ensemble des consommateurs d’électricité et proportionnelle au nombre de kWh consommés. Véritable poids dans la facture des consommateurs, cette taxe a été multipliée par 7 en 14 ans, mais s’est stabilisée à 22,5 €/MWh en 2016.

Taux de CSPE depuis 2003 à 2019
Evolution du taux de CSPE

 

Il existe cependant des cas où les industriels peuvent être exonérés ou bénéficier de taux réduits afin de rester compétitifs.

Les critères d‘exemption et d‘exonération de la CSPE :

  • Procédés métallurgiques, réduction chimique, électrolyse
  • Fabrication de produits minéraux non métalliques
  • Entreprise pour laquelle l‘électricité représente plus de la moitié du coût d‘un produit
  • Production de produits énergétiques
  • Production d‘électricité

 

Pour bénéficier d’un taux réduit, le montant annuel de la CSPE au taux plein doit être supérieur à 0,5% de la valeur ajoutée.

 

3. Erreurs de facturation :

Les doubles facturations, les faux dépassements et les erreurs de comptage sont monnaies courantes dans le secteur de l’énergie. En 2017, le médiateur national de l’énergie annonçait que « jamais les litiges [qu’ils avaient reçus] n’ont été aussi nombreux ».

Attention également au délai de régularisation des fournisseurs. Depuis la loi de transition énergétique, votre fournisseur d’électricité ne peut plus vous demander de le rembourser au-delà d’une période de 14 mois.

Cette limitation ne s’applique cependant pas dans les cas suivants :

  • Si le fournisseur ne peut accéder au compteur
  • Si le consommateur ne transmet pas le relevé de sa consommation, en cas de relance du fournisseur par lettre recommandée avec accusé de réception
  • S’il s’agit d’une fraude

En cas de litige, adressez-vous au médiateur national de l’énergie.

 

4. Négociation & mise en concurrence :

Avec l’ouverture du marché, le client n’est plus qu’un payeur mais devient acteur. Le tarif de l’électricité n’est plus réglementé, il est donc soumis aux fluctuations journalières de la bourse. Il faut donc savoir détecter le meilleur moment pour négocier son contrat et faire marcher la concurrence.

Comment comparer les offres ?

  • Vérifier si l’offre inclut ou non les différentes composantes comme l’acheminement, les CEE, le mécanisme de capacité en électricité, le stockage en gaz
  • Comparer les prix sur une même base (soit hors toutes taxes, soit hors TVA, soit TTC)
  • Tenir compte de l’évolution des prix : prix fixe ou variable, choix des variables d’indexation
  • Considérer la période d’engagement et les pénalités éventuelles en cas de résiliation anticipée
  • Tenir compte des modalités de facturation et de paiement proposées
  • Analyser les services proposés : interlocuteur dédié, espace client, modalités de contact, gestion pour les contrats multi-sites, services d’efficacité énergétique, offres « vertes », etc

 

Des logiciels existent pour optimiser automatiquement vos factures énergétiques et vous permettre de négocier vos contrats facilement.

En savoir plus.

 

je m’abonne à la newsletter enoptea

Partager cet article

Dans la même catégorie