Accueil  \  Actu de l'énergie  \  Evolution des Tarifs Réglementés de Vente de gaz au 1er mai 2021

Evolution des Tarifs Réglementés de Vente de gaz au 1er mai 2021

Actu de l'énergie

Evolution des Tarifs Réglementés de Vente de gaz naturel au 1er mai 2021

Au 1er mai 2021, les tarifs réglementés de vente hors taxe de gaz naturel augmenteront de 1,1 % par rapport au barème en vigueur applicable depuis le 1er avril 2021.

Cette hausse se répercutera différemment en fonction des usages du gaz faits par les clients :

  • + 0,3 % pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson,
  • + 0,7 % pour ceux qui ont un double usage (cuisson et eau chaude),
  • + 1,2 % pour les foyers qui se chauffent au gaz.

 

Depuis le 1er janvier 2019, les tarifs réglementés de vente de gaz d’Engie ont baissé de 12 %. Leur niveau reste également inférieur à celui de 2015.

évolutions trv gaz au 1er mai 2021
Source : CRE

 

Pourquoi les TRV du gaz augmentent ?

Cette augmentation s’explique notamment par la hausse des prix du GNL consécutive à une forte demande en Chine et en Inde, et par le blocage du canal de Suez fin mars par lequel transite 8% du GNL mondial.

Par ailleurs, le niveau des stockages européens est plus faible que d’ordinaire à cette période de l’année. En effet, ils ont été fortement sollicités par un hiver froid qui perdure et des températures en-dessous des normes saisonnières en avril.

Télécharger le livre blanc sur la fin des TRV

Qui est concerné par leur disparition ?

Pour rappel, les tarifs réglementés de vente de gaz disparaitront le 1er juillet 2023. Les tarifs réglementés de gaz ont déjà été supprimés pour les clients non résidentiels. Ils restent cependant accessibles aux clients résidentiels (et les copropriétés consommant moins de 150 000 kWh) jusqu’au 1er juillet 2023.

EN SAVOIR PLUS SUR LA FIN DES TRV DU GAZ

Les TRV de l’électricité restent accessibles pour :

  • Les sites en France métropolitaine continentale ayant une puissance souscrite maximale strictement inférieure à 36 kVA pour l’électricité
  • Les microentreprises, c’est-à-dire, les entreprises qui emploient moins de dix personnes et/ou dont le chiffre d’affaires, les recettes ou le total de bilan annuels n’excèdent pas 2 millions d’euros.

 

JE M’ABONNE À LA NEWSLETTER ENOPTEA

Partager cet article

Dans la même catégorie