Accueil  \  Actu de l'énergie  \  Généralisation du traitement en courbe de charge des points HTA et BT > 36 kVA

Généralisation du traitement en courbe de charge des points HTA et BT > 36 kVA

Actu de l'énergie

Après avoir consulté différents acteurs, Enedis propose de faire évoluer les règles actuelles du Chapitre F de la Section 2, qui précisent que seuls les points de puissance souscrite supérieure ou égale à 250 kW doivent être traités en courbe de charge. Les points HTA et BT > 36 kVA seraient alors traités en courbe de charge et plus par profilage. La bascule des sites en reconstitution des flux en courbe de charge se fera en deux vagues.

Contexte

Aujourd’hui, pour les points en injection raccordés aux domaines de tension BT > 36kVA ou HTA, chaque GRD applique des règles différentes. Certains GRD traitent l’intégralité de ces points en courbe de charge dans la reconstitution des flux, ce qui n’est pas le cas sur le réseau géré par Enedis où seuls les points en injection dont la puissance est supérieure à 250 kW sont traités en courbe de charge (sauf exception technique).

Qu’est-ce que la courbe de charge ?

Ainsi, sur le périmètre Enedis, 2 400 points en injection sont traités en courbe de charge et 16 000 points sont répartis sur 4 profils associés à une filière de production (hydraulique, cogénération, photovoltaïque et autres), soit 1,1 TWh d’énergie traitée en courbe de charge sur un total de 3,1 TWh.

Cependant, les consommateurs raccordés aux domaines de tension BT > 36 kVA ou HTA, sont constitués quasi exclusivement d‘entreprises et leurs comportements de consommation étant très diversifiés selon les secteurs d’activité, définir une forme moyenne de consommation à l’aide de profil n’est pas une solution optimale.

 

Proposition

Les évolutions proposées consistent à traiter en courbe de charge, et non plus par profilage*, l’intégralité des points raccordés aux domaines de tension HTA et BT > 36 kVA.

Cette généralisation du traitement en courbe de charge constitue une évolution fondamentale pour le bon fonctionnement du marché de l’électricité. En effet, chaque profil regroupe un très grand nombre d’utilisateurs et l’allocation des quantités pour un consommateur donné ne représente pas sa consommation réelle mais le comportement moyen de tous les utilisateurs ayant le même profil. Ainsi, pour un consommateur profilé, un fournisseur n’a aucune incitation à lui adresser des signaux, par exemple pour l’inciter à réduire sa consommation au moment des pointes, puisque cela ne se répercute pas dans les quantités qui lui sont allouées au moment de la reconstitution des flux.

 

Calendrier envisagé

Au regard de la volumétrie des points en injection par rapport aux points en soutirage, Enedis propose de passer en courbe de charge les points en injection en même temps que les points en soutirage.

Enedis propose un calendrier de basculement en deux étapes, « au plus tard » :

  • Le 31 décembre 2020 pour les sites avec une puissance supérieure à 110 kVA (kW pour les sites raccordés au domaine de tension HTA), soit environ 90 000 points et 25 TWh pour les points en soutirage et environ 4 000 points et 1 TWh pour les points en injection ;
  • Le 31 décembre 2022 pour tous les autres sites raccordés aux domaines de tension BT > 36 kVA et HTA, soit environ 340 000 points et 30 TWh pour les points en soutirage et environ 12 000 points et 1 TWh pour les points en injection.

 

Selon Enedis, ce calendrier permet de répondre à la plupart des demandes et contraintes des acteurs. En effet, le passage en traitement en courbe de charge en deux étapes permet non seulement de laisser le temps aux acteurs de marché de procéder aux évolutions nécessaires de leurs systèmes d’information (SI) et de leurs processus mais également pour Enedis d’une part, de tester la robustesse à d’éventuels aléas du projet de déploiement des modems IP et, d’autre part, de s’adapter à la volumétrie à traiter.

 

Pour les consommateurs

Enfin, Enedis souligne que les évolutions nécessaires à la généralisation de la courbe de charge pour les consommateurs raccordés aux domaines de tension HTA et BT > 36 kVA seront à mener de manière parallèle avec les évolutions du système électrique suivantes :

  • Le passage au pas de règlement des écarts à 15 minutes, qui nécessite une mesure et une collecte au pas 5 minutes.

En effet, pour permettre de gérer le pas de temps 15 minutes tout en continuant à gérer les processus basés sur des pas de temps de 10 minutes, par exemple le calcul des dépassements de puissance souscrite pour la facturation de l’acheminement, il est nécessaire de collecter cette courbe de charge à une granularité plus fine qui entraîne ainsi un doublement du volume de données à gérer, que cela soit en mesure, en collecte ou en traitement ;

  • La production des bilans en S+1 au lieu de S+3 actuellement, nécessitant des données dont la qualité est suffisante et disponibles plus rapidement ;
  • L’arrêt programmé du protocole GSM et des réseaux RTC qui nécessite le remplacement des modems permettant de télérelever les compteurs HTA et BT>36 kVA par des modems IP.

 

DÉCISION DE LA CRE

La CRE est favorable aux modalités de la généralisation du traitement en courbe de charge des points HTA et BT > 36 kVA telles que proposées par Enedis, pour les sites en injection comme en soutirage.

La CRE relève cependant qu’une première vague sur un périmètre plus restreint aurait pour conséquence une concentration des points restants sur la vague suivante et un décalage important pour le traitement des sites de plus forte puissance. Si le délai jusqu’à la première vague est incompressible, il pourrait être opportun d’avancer la seconde vague pour mettre en œuvre la réforme plus rapidement.

C’est pourquoi, la CRE demande au Comité de Gouvernance du Profilage (CGP) d’étudier la possibilité d’avancer d’un an la deuxième vague, soit au 31 décembre 2021 au lieu du 31 décembre 2022, en fonction du retour d’expérience issu de la première bascule prévue au 31 décembre 2020.

 

Lexique :

*Profilage : Système utilisé par les gestionnaires de réseaux pour calculer les consommations ou les productions des utilisateurs pour lesquels la reconstitution des flux n’est pas réalisée à partir d’une courbe de charge. Ce système est donc basé sur la détermination de profils (ou catégories d’utilisateurs) en fonction de la forme de leur consommation.

Par exemple, un consommateur qui consommera seulement l’hiver et pas l’été fera partie d’un profil différent que celui qui consommera seulement l’été.

 

je m’abonne à la newsletter enoptea

 

Source : https://www.cre.fr/Documents/Deliberations/Approbation/regles-relatives-a-la-programmation-au-mecanisme-d-ajustement-et-au-dispositif-de-responsable-d-equilibre2

Partager cet article

Dans la même catégorie