Tout savoir sur l’autoconsommation, la nouvelle tendance de l’énergie

Autoconsommation d'électricité Enoptea

Le 27 juillet dernier, une ordonnance relative à l’autoconsommation d’électricité a été publiée au Journal Officiel. Elle vise à faciliter le développement de cette pratique dans une optique de transition énergétique efficace et durable.

L’autoconsommation… c’est quoi ?

C’est l’utilisation de l’électricité que l’on produit nous-mêmes notamment grâce à des énergies renouvelables : panneaux solaires, éolien, biomasse, géothermie… Il ne s’agit donc pas de produire pour « vendre » mais produire pour « consommer » directement.

Le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer a étoffé cette définition en élargissant le concept à des groupements : « 

[c’est]

pour un producteur [le fait] de consommer lui-même tout ou partie de l’électricité produite par son installation, mais aussi plus largement pour un groupe de producteurs et de consommateurs de consommer eux-mêmes tout ou partie de l’électricité qu’ils produisent ».

 

L’autoconsommation… pour qui ?

L’autoconsommation se développe dans de nombreux pays européens mais reste encore peu connue en France. Seulement 15 000 foyers pratiquent actuellement cette activité. Pourtant 47% des français se disent prêts à franchir le pas. (source : sondage Opinionway pour Enerplan)

Particulier ou professionnel, chacun est libre de couvrir une partie de sa consommation en installant un dispositif de récupération de l’énergie et en le raccordant à ses équipements électriques.

L’autoconsommation… quels avantages ?

Si l’autoconsommation n’est pas très répandue en France, c’est principalement pour deux raisons :

  • Aucune politique de l’Etat n’est jusqu’à présent véritablement allée dans ce sens : règles peu claires, faible communication sur les avantages de cette activité…
  • Les tarifs de rachat par EDF étant attractifs, les producteurs d’électricité préfèrent généralement vendre leur production plutôt que de pratiquer l’autoconsommation

Pourtant, les bénéfices sont réels : produire sa propre énergie photovoltaïque – en installant des panneaux solaires sur un toit par exemple – coûte 4 fois moins cher qu’il y a encore quelques années.

Les avantages environnementaux sont également à mentionner : réduction des gaz à effet de serre, consommation durable, fin de l’usage d’énergies fossiles…

 

L’exemple Biocoop

Biocoop

Fin 2015, le réseau de magasins bio a installé ses premiers panneaux solaires sur le toit de son entrepôt frigorifique à Melesse en Ile-et-Vilaine.

Ils ont généré 6% de l’électricité globale consommée durant le mois de décembre et 24% au mois de mai.

L’objectif de l’entreprise est d’utiliser son installation photovoltaïque – d’une capacité de 300 kW –  pour produire entre 15 et 17% de son électricité sur l’année. En d’autres termes, la firme serait énergétiquement autosuffisante deux mois de l’année.

L’autoconsommation… quels inconvénients ?

On peut en citer deux : la tarification et la couverture totale des besoins

Tout d’abord, même si la promulgation de l’ordonnance du 27 juillet témoigne d’une avancée dans le domaine, certaines zones d’ombres perdurent, notamment concernant la tarification d’usage du réseau. Quelle réduction de coûts ? Quelle compensation lors d’une injection du surplus électrique au réseau ? etc.

De plus, il demeure aujourd’hui impossible pour un particulier comme pour un professionnel d’être totalement autosuffisant. Cela signifie qu’il faut souscrire à un abonnement d’un fournisseur afin de couvrir les besoins d’électricité restants.

Vous souhaitez obtenir un comparatif des meilleures offres de fourniture d’électricité du moment ? Enoptea vous offre un diagnostic gratuit de votre consommation et vous conseille quant au choix de votre fournisseur d’électricité.  Simple et rapide, la synthèse vous parvient quelques jours seulement après réception de vos factures d’énergie.

Pour plus d’infos, retrouvez-nous sur www.enoptea.fr

Amelie Rochard

Author Amelie Rochard

More posts by Amelie Rochard